stéchapo

guns

L’air sceptique de la secrétaire quand je lui ai dit « Bonjour, je suis Mademoiselle A., j’ai rendez-vous à 11h pour une échographie du deuxième trimestre ». Elle a vérifié dans le gros agenda, et m’a regardée avec une telle condescendance « C’était à 10h ». Et là, je m’écroule. Bon sang, c’est pas possible d’être aussi tête en l’air, il y en a si peu des rendez-vous avec mon fils, je pouvais pas être foutue de retenir l’heure exacte. Elle a daigné me recevoir quand même, mais l’entrevue a été courte et j’ai été très déçue. Oh bien sûr, il va bien, il est « parfait », il bouge tout ça. Mais je ne l’ai pas vu. Je n’ai rien compris, c’est passé beaucoup trop vite. Quand elle m’a dit « Rhabillez-vous », j’ai paniqué. Je voulais le voir en 3D, commencer à l’imaginer, me dire « il a la bouche de son père » ou « oh, regarde, qu’est-ce qu’il gigote ». Non c’était fini.

Fini, Paris, aussi. Un peu de mélancolie, une grande hâte de rentrer à la maison. Nous étions chargés comme des bœufs dans le métro. J’ai ri de S. qui portait mon chapeau sur la tête. Puis, nous nous la sommes pété en première classe dans le train. On a regardé Forrest Gump. On a trouvé ça drôle et très beau. Et je sais pas pourquoi, nous avons tous deux pris conscience que nous formions une famille à ce moment-là. Je me suis imaginée, enfin, comme une partie de lui. Je nous ai vu homogènes et j’ai pensé que oui, ce petit allait naître dans un vrai foyer, baigné d’amour. J’ai pensé que oui, nous avions des tas de valeurs à lui transmettre. Que oui, il pourrait être fier de ses parents. Des parents qui assistent au concert des Guns, arborant le tee-shirt hors de prix de la boutique officielle, tout juste acheté et enfilé. Qui ricanent du gros beauf’ derrière, qui pouffent parce que le monsieur devant sent la transpiration, qui se tiennent les côtes en voyant un fan debout dans les gradins jouer du « Air guitar » sur « Sweet Child O’Mine ». Mais des parents qui s’aiment si fort, oh oui, si fort.

Et puis, en allant chez ma tante, quelle jolie surprise. J’en ai eu le souffle coupé. Ma sœur, revenue de Guyane. Les vacances s’annoncent bien. A tantôt, mon fils.