mardi 26 juin 2012

Paris, tu paries, Paris, que je te quitte

-- Il est revenu des courses avec des Kinder Bueno, alors que j’en avais envie depuis deux jours, et je l’ai trouvé l’homme le plus génial de la Terre. Aprèsilviendradirequejesuisuneéternelleinsatisfaite. Il a joué au dixième étage du plus haut immeuble des Champs-Élysées, et je l’ai trouvé l’homme le plus sexy du monde. Il m’a juste pris dans ses bras, sans dire un mot, quand ma sœur est repartie et que j’étais si triste. J’avais besoin de lui, et il était là. Il touche mon ventre et parle à son fils, et je le trouve... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 18:48 - Commentaires [3] - Permalien [#]

mardi 19 juin 2012

C'est déjà mettre du noir sur du blanc

Tant de définitions. « Ecrire, c’est vider son sac », François Mitterrand. « C’est presque toujours mentir », Jules Renard. Plus contradictoires les unes que les autres. « Ecrire enchaîne », Paul Valery. C’est un appel aux mots. Ecrivez-moi. Et l’on en reçoit, des mots fragiles, timides, ou carrément grivois, des mots qui font que l’on se souvient qu’on est un couple, que l’on a un corps, et qu’il brûle pour toi. Toi et moi. Comment tu dis ? Foweveuh. Parce que sinon quoi ?... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 13:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 18 juin 2012

Je vous souhaite d'être vous

Je vous souhaite des rêves à n'en plus finirEt l'envie furieuse d'en réaliser quelques-uns Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimerEt d'oublier ce qu'il faut oublierJe vous souhaite des passionsJe vous souhaite des silences Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveilEt des rires d'enfants.Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférenceAux vertus négatives de notre époqueJe vous souhaite surtout d'être vous. Jacques Brel
Posté par Jean Francis à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 16 juin 2012

J'ai trop souvent fait naufrage pour n'avoir pas su dire alors qu'il le fallait, avec de mots nouveaux.

J’airêvéquej’avalaismonbébé. J’ai un peu honte et je suis traumatisée. Je l’ai tué en rêve, quelle mère horrible je suis. Et puis mon cœur s’est emballé hier au soir, ma solitude, mes hormones, mon ras le bol, merde, crotte, zut. Ca a débordé, j’ai pas compris, j’ai pleuré, j’ai crié, j’ai hurlé. Et mon bébé qui tapait qui tapait. C’est pas si simple, mais je voudrais qu’on s’occupe de moi. Je cris. (C’est drôle j’ai voulu écrire « je crois ». Joli lapsus, quoiqu’un brin mal orthographié). Et puis des plages, du... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 23:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
lundi 11 juin 2012

Je ne suis pas la reine du monde, juste celle de Saba

Ma maison dans les bois prend forme dans ma tête. Deux mois et puis voilà. Des fenêtres en arc de cercle, des tuiles à l’ancienne, un four à pain, une salle-de-bain de 2m2 oui, mais à l’italienne et avec de la mosaïque, une grande grande grande cheminée, des carreaux multicolores un peu cassés mais si charmants. Et des tomettes. Celles de mon enfance, hexagonales et couleur brique, celles que Papou détestait tant et recouvrait avec du lino de mauvais goût. Je les aimais bien, moi, froides compagnes de mes insomnies. Des... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 23:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
jeudi 7 juin 2012

Y'a des fois comme ça, y'a pas assez de pierres

L’air sceptique de la secrétaire quand je lui ai dit « Bonjour, je suis Mademoiselle A., j’ai rendez-vous à 11h pour une échographie du deuxième trimestre ». Elle a vérifié dans le gros agenda, et m’a regardée avec une telle condescendance « C’était à 10h ». Et là, je m’écroule. Bon sang, c’est pas possible d’être aussi tête en l’air, il y en a si peu des rendez-vous avec mon fils, je pouvais pas être foutue de retenir l’heure exacte. Elle a daigné me recevoir quand même, mais l’entrevue a été courte et... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 01:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]
vendredi 1 juin 2012

L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude

« On ne se sent plus jamais seule ». La mère de S. m’avait prévenue. Je deviens complètement « chamallow ». Complètement accro aux moments que l’on passe tous les deux. Au cinéma pour « Moonrise Kingdom », à manger des pop-corn sucrés, tu tambourinais, mon amour. Et moi je pleurais de joie. Je riais seule, je voulais fuguer avec un scout et jeter des pop-corns sur des enfants pas sages. Et cette autre fois, toujours au cinéma avec S. (encore trop de mal à dire « ton père ») où je ne te sentais... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 16:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]