Assise en tailleur dans la petite baignoire, mon ventre prend toute la place entre mes genoux. Je me penche – difficilement – en avant, je mouille mes avant-bras, mes épaules, mon visage. Puis je m’allonge sur le dos. Je me cambre, pour que l’eau passe par-dessus mes épaules, jusqu’à mon ventre. Mais elle recouvre tout juste mes seins et retombe de chaque côté de mes flancs. Il est trop gros maintenant. Il prend toute la place. Dans la baignoire, dans mon corps, dans mon cœur. Je sens l’eau bouillante brûler mes pieds, j’entends Nina Simone succéder à Ella Fitzgerald. Je tire le rideau de douche gris opaque pour apporter un peu plus d’obscurité et je ferme les yeux.

I’m feeling good.

Le mois de septembre… Il a fait jusqu’à 30 degrés. Et puis le lendemain, un mistral à décorner les cocus et l’envie de se rouler en boule sous la couette en se bouchant les oreilles très très fort. Et le besoin irrépressible de danser sur du Dany Brillant. Du fond de mon lit, je m’imagine à Saint-Germain, avec ma jupe blanche, les bras en croix et les cheveux au vent, à tournoyer au soleil au son d’un saxo sexy. « C'est là que ma jeunesse explose / Qu'les instruments s'mettent à hurler ». Mais c’est toujours Nina Simone que j’entends. Je me souviens des cours de danse de la rue Clichy, des pas de bourrée-pirouette-piqué-compass turn. Du beau gosse de prof, des gamines d’élèves, du jazz pur et dur, celui qui te fait rentrer chez toi en dansant les claquettes.

I put a spell on you.

Je me rends malade. Le diagnostic, juste, est tombé. Il ne comprend pas et je pleure. Je sens que je m’enfonce. Sans lui c’est pas la peine. Il me prend dans ses bras mais c’est trop tôt ou bien trop tard, je me méfie, j’ai peur, je regrette, je tremble et rien n’est dit.

Don’t let me be misunderstood.

Elles ont débarqué, ont mis le bordel chez moi, ont fait tournoyé ma vie pendant quelques jours, m’ont fait rire aux larmes et Dieu, que c’était bon. J’ai mangé des navettes, j’ai beaucoup écrit, j’ai jonglé entre tout ce que j’avais à faire, j’ai bronzé au Frioul et puis conduit jusqu’à Notre-Dame de la Garde et puis aux Goudes, bien sûr, point de chute des suicidaires. Et j’ai été heureuse.

Here comes the sun.

Je me suis ennuyée. J’ai été si déçue. Je me suis perdue. J’ai besoin qu’on prenne soin de moi. J’ai besoin qu'on s’occupe de moi. J’ai besoin qu'on me touche, qu'on me caresse les cheveux, qu'on me gratouille le dos, qu'on me masse les reins, qu'on m’embrasse l’épaule, qu'on me regarde avec des yeux d’amoureux, qu'on parle à mon ventre. Et la sensation viscérale qu'il s'ennuie ici, avec moi. Plus que 80 ans, mon amour.

And I’m feeling good.