jeudi 16 mai 2013

Sache que ce cœur exsangue pourrait un jour s'arrêter

Si je disparaissais maintenant, tu n'aurais aucun souvenir de moi. Aucun souvenir de ta mère. Tu continuerais à vivre, avec peut-être au fond du coeur, plus tard, un trou béant. Le manque du parent, le manque d'une mère mais pas de la tienne, pas de moi. Et tu ne saurais rien du sommeil partagé pendant de si longs mois, et encore parfois pendant les siestes, partagé étant un bien grand mot, le mien se résumant souvent, alors que j'ai tant sommeil, à capter la moindre de tes mimiques endormies, à sourire de ta bouche qui tète dans... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 13:21 - Commentaires [12] - Permalien [#]

mercredi 8 mai 2013

Et le monde tourne mollement

Les grosses lunettes, le poignet fin, le jean moulant, la moue boudeuse, le bébé nu et dodu entre ses jambes, tout y est. Cette photo, ma mère, moi et puis lui.  Je râle parce qu'il se réveille, mais je reste avec lui bien après l'avoir endormi. On n'entend plus que le roulis du fauteuil à bascule en osier sur le carrelage gris et froid. Je le serre fort fort et encore plus fort. Je l'observe. Chaque ligne de ce visage aux longs cils, je veux l'inscire en moi. Ce drôle d'air quand il dort, il l'avait déjà dans mon ventre. Il... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 21:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]