mercredi 8 mai 2013

Et le monde tourne mollement

Les grosses lunettes, le poignet fin, le jean moulant, la moue boudeuse, le bébé nu et dodu entre ses jambes, tout y est. Cette photo, ma mère, moi et puis lui.  Je râle parce qu'il se réveille, mais je reste avec lui bien après l'avoir endormi. On n'entend plus que le roulis du fauteuil à bascule en osier sur le carrelage gris et froid. Je le serre fort fort et encore plus fort. Je l'observe. Chaque ligne de ce visage aux longs cils, je veux l'inscire en moi. Ce drôle d'air quand il dort, il l'avait déjà dans mon ventre. Il... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 21:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 18 avril 2013

C'est là que l'amour se plut à livrer bataille

Le soleil tape dans mon dos, mes ongles peints en pêche, les touches de mon clavier me brûlent les doigts, je croque dans une pomme et bientôt le temps des cerises, celles qui me font grossir tellement j’en mange, celles que je paie jusqu’à 18 euros le kilo tellement je les veux maintenant tout de suite, mon fils en lunettes de soleil et chapeau de paille ou casquette blanche, les orteils à l’air, « t’en as pas marre d’écouter Barbara ? ». Je suis comme ça, monomaniaque. La bouffe chinoise, les cerises, la... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 20:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 8 avril 2013

Le printemps c'est joli pour se parler d'amour

Il me regarde comme pour m’encourager. Son sourire fait gonfler ses joues et me donne encore plus envie de les croquer. Je n’ai pas vu passer l’hiver. Il m’a semblé si doux, mes lunettes de soleil sur le nez, mon bébé sur mon ventre ou dans mon dos, que j’attends encore le grand froid. C’est le printemps, déjà, et je nous expose au moindre rayon de soleil. On n’en revient pas, alors oui c’était vrai, tu aimes te balader quand t’as des gosses. Moi qui détestais marcher. Heureusement, on n’a pas de Scénic. La beaufitude ne... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 00:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
samedi 23 février 2013

Est-ce que tu m'aimeras encore, dans cette petite mort ?

Quand on met au monde un enfant, on s’engage, non seulement à le rendre heureux mais aussi à l’être soi-même. Une bonne mère, c’est pas celle qui allaite, c’est pas celle qui prépare des gâteaux de ouf, une bonne mère, c’est une mère heureuse. Moi je le fous où ce fardeau-là ? J’avais déjà supporté, de son propre aveu et même si à mon sens elle ne l’a jamais fait, qu’elle « démissionne » de son rôle de mère. Je trouve ça tellement injuste. Moi je m’accroche. Ce qu’elle a vécu étant adulte, je l’ai vécu entre 10 et 20... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 19:07 - Commentaires [7] - Permalien [#]
vendredi 1 février 2013

Ici mène ta vie là

Il y a un an, tu sais, on s’est aimé. Douze mois déjà. Et bientôt d’autres anniversaires : le jour où le deuxième trait est apparu sur le bâton rose, et ma tête qui tourne, et Paris qui défile par la fenêtre du taxi qui m’emmène dans ce grand aéroport. Le jour où je t’ai vu pour la première fois, et ton cœur qui clignote, et ce bruit d’un cheval au galop. Le jour où je t’ai senti bouger, un matin, sous ma main. Le jour où il était prévu que tu arrives. Tu naîtras pourtant soixante-douze heures après. Tu vois, bien avant que... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 23:55 - Commentaires [5] - Permalien [#]
jeudi 24 janvier 2013

Amour amer Amants à mort

Tu les as toujours, dis, les papillons dans le ventre ? Est-ce que tu les as déjà eus, au moins. Elle est si compliquée, notre histoire, il y a tant que je regrette d’avoir fait, et tant de n’avoir pas fait. Je ne t’ai pas quitté parce que je manquais de courage, et parce que j’avais une trouille bleue. Qui pourrait m’aimer ? Je ne voulais que toi, qui bien longtemps n’a pas su le faire. Et maintenant... Je me demande souvent à quoi ressemblerait ma vie si j’avais eu les couilles, ou un peu plus d’estime de moi. Je pense que je ne... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 01:21 - Commentaires [5] - Permalien [#]

dimanche 20 janvier 2013

Ca siffle entre leurs corps, ça grince entre leurs mots

Est-ce qu’il y a vraiment autre chose ? Je veux dire, est-ce que la vie continue ? Dehors, là où lui n’est pas, le vent et la pluie, la solitude, le froid. Ici 27 degrés, le plaid violet, les messages fessefouillesques, mon rire et nos deux corps pelotonnés, son ventre contre le mien, mon souffle sur sa joue, le sien contre mon sein. On est bien. Pourtant j’ai bravé le mistral en minijupe et talons hauts pour fêter mes 25 hivers. Un peu déçue, bien vite ravie. J’ai bu du champagne rosé, j’ai dansé au son des guitares,... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 00:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
dimanche 6 janvier 2013

Chanter tout bas notre amour pour les quat'saisons

Ca m’a piqué un peu les yeux, ça m’a chatouillé le cœur. 2012 s’en va, et avec lui les deux barres dans la salle de bain biscornue, la voix de S. qui s’adoucit, et les neuf heures d’avion, à aller aux toilettes toutes les vingt minutes, pour voir si entre temps, mon ventre a poussé ; et à observer les voyageurs, ont-ils deviné ? Ce secret délicieux dans le fond de mon ventre. La bouche bée de ma sœur, ma gueule de bois pendant deux mois, les Kinder Bueno, les radis et les fondues savoyardes. Envolés le parquet qui craque, les... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 00:36 - Commentaires [5] - Permalien [#]
dimanche 30 décembre 2012

De l’amour un message dans mon cœur il y a

Tous deux blottis, encore et en corps. Dans la largeur du lit, c’était bien plus confortable. Son dos contre mon ventre, mon nez dans ses cheveux, et cette odeur de lait que l’on partage, l’odeur la plus douce du monde. Sa main dans ma main. Câlin. L’amour que je lui porte, c’est comme ce moment juste avant l’orgasme. C’est trop fort, trop intense, ça déborde, je vais exploser. C’est trop bon oh oui trop bon. On a dîné, et notre complicité retrouvée dans un fou rire. Nos peaux s’effleurent et l’air de rien, mon nez... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 02:08 - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 10 décembre 2012

Et te parler du garçon arbre et ange à la fois

J’écoute Benjamin Biolay, grâce à elle qui me manque mais que je sais heureuse et ça me réjouit. J’ai mis du vernis rouge, mon fils dort dans son transat, et même que je ne vérifie pas toutes les cinq minutes s’il respire ou pas. J’évite toujours de le regarder dans son sommeil, surtout quand il est tout près de moi, parce qu’alors je pourrais passer des heures à le contempler, et puis après je m’en veux d’être éreintée. Surtout, si je pose mes yeux trop longtemps sur lui, je pleure. A tous les coups. Des larmes de bonheur... [Lire la suite]
Posté par Jean Francis à 18:15 - Commentaires [7] - Permalien [#]